PHARMACIE DU PLATEAU SUD

Pharmacie de garde

Gardes de nuit :
- contacter le commissariat de Dreux au 02 37 65 84 10
Autres Gardes :
- contacter le 32 37 24h/24

Médiateur de la consommation :
Sarl Devigny Médiation - 11 rue de l'étang
49220 Thorigné d'Anjou

N° de téléphone utiles

  • 15

    SAMU

  • 17

    Police

  • 18

    Pompiers

  • 112

    Urgences

  • 115

    SAMU

  • 119

    Enfance
    en danger

Actualités

Retrouvez ici toutes les actualités de la PHARMACIE DU PLATEAU SUD.

  • Prévenir les maux de l’hiver !1 octobre 2019

    Lorsque nous sommes victimes d’un virus, notre système immunitaire se met en action. Néanmoins, fatigue, prise de certains médicaments (anti-inflammatoires ou antibiotiques) ou mauvaise hygiène de vie, peuvent entraîner une altération d’une système et donc l’apparition de maladies. Heureusement, bien que gênantes, ces infections restent bénignes.  

    Le rhume : mouchez-le !

    Pour éviter de contracter un rhume ou de le transmettre, des règles simples s’imposent :

    AU QUOTIDIEN

    Lavez-vous régulièrement les mains,

    N’échangez pas les couverts, verres ou affaires de toilette,

    Couvrez vos nez et bouche lorsque vous éternuez ou toussez, de préférence avec le pli du coude,

    Si vous êtes enrhumé, n’embrassez pas et évitez les contacts avec des personnes vulnérables (personnes âgées ou malades, jeunes enfants).

     

    EN PRÉVENTION

    Faites une cure de compléments alimentaires :

    Magnésium marin

    Zinc

    Acérola pour renforcer vos défenses immunitaires.

    Multivitamines

    Prenez de la Vitamine C en comprimé ou effervescent, si votre alimentation quotidienne n’en contient pas assez.

     

    TRAITER LE RHUME

    Infection virale aiguë des voies respiratoires : nez, gorge, pharynx, larynx. Les virus et le froid sont les principaux facteurs d’infection.

    La période d’incubation des virus responsables du rhume varie de quelques heures à quelques jours.

    Commençant généralement par une rhinopharyngite, l’infection peut ensuite se propager aux bronches ou aux sinus.

    Grippe, mettez-la k.o !

    Un rhume peut cacher une grippe ! Maladie virale qui se propage sous forme d’épidémie. Chaque année le virus se modifie mais les symptômes restent les mêmes et vous clouent au lit. Elle se distingue par une fièvre de plus de 39°C, des courbatures, de forts maux de tête et une grande fatigue de deux à trois semaines.  

    CONSULTEZ UN MÉDECIN EN CAS DE

    Difficulté à respirer ou respiration sifflante

    Vomissements tenaces

    Frissons intenses ou grandes sueurs

    Fièvre de plus de 38 °C chez un enfant de moins de deux ans et de plus de 39°C chez un adulte

    Sécrétions nasales de plus de 10 jours ou anormalement épaisses

    Douleurs persistantes à l’oreille

    Apparition d’une conjonctivite ou de douleurs au visage (signes d’une sinusite)

    Toux qui persiste plus de 7 jours malgré la disparition des autres symptômes

    En cas de maladie chronique,

    De grossesse,

    Si le sujet est un bébé de moins de 4 mois.

    Pour échapper à ce cortège d’affections hivernales qui ne sont pas une fatalité, apprenez à les reconnaître !  

    EN PRÉVENTION DE LA GRIPPE

    Vous pouvez renforcer vos défenses immunitaires par une cure de vitamines , d’oligo-élements (cuivre, or, argent en pharmacie) et un grand verre à jeun chaque matin de jus d’agrumes (orange, citron, pamplemousse, kiwis).

    Les tisanes au thym ou à l’eucalyptus sont aussi utiles pour décongestionner les voies respiratoires.

    Seuls le repos, les boissons en abondance et les médicaments anti-fièvre ou anti-douleur pourront vous soigner.

    Soignez la toux

    Elle permet de chasser les virus, bactéries et allergènes. Il est important de déceler de quelle toux il s’agit :

    TOUX SÈCHE

    Souvent liée à une rhino-pharyngite, une trachéite, un rhume ou une grippe. Elle provoque des irritations, des douleurs pour avaler, des quintes principalement la nuit.

    TOUX GRASSE

    Liée aux affections hivernales bactériennes ou au tabac. Elle dégage les bronches de secrétions infectées.

    SOIGNER LA TOUX

    LA TOUX SÈCHE : Par un antitussif et des calmants + un collutoire antiseptique.

    LA TOUX GRASSE : Par un produit qui fluidifie le mucus pour faciliter l’expectoration.

    A NOTER ! Une toux grasse ne doit pas vous alarmer! Cependant si elle perdure, elle peut être le signe d’une infection bronchopulmonaire, il faut donc consulter.

    LA PARADE ANTI-VIRUS

    Gastro-entérite : Ayez les bons réflexes !

    Lavez-vous les mains : au moins 15′ , avec du savon, sans oublier les doigts.

    Soignez votre environnement : aérez vos pièces chaque jour pour renouveler l’air et éviter le chauffage en excès

    Surveillez votre alimentation :

    Misez sur les protéines (viande, poisson, œufs, produits laitiers),

    Le zinc,

    Le cuivre (huîtres, abats, foie, pain complet, chou, poisson),

    Le magnésium (cacao, cacahuètes, amandes, noix, haricots blancs, maïs).

    Pensez aux vitamines (A, B, C, D, E)

  • Changement de temps : comment éviter de tomber malade ?1 octobre 2019

    Vous attrapez un rhume dès que le temps change ou lorsque vous entrez dans une salle climatisée ? Le lien entre les conditions météorologiques et la santé est établi depuis longtemps et les changements brusques de température rendent le corps plus fragile. Mais des solutions existent pour éviter de tomber malade à chaque changement de temps.

    La base d’une bonne santé : l’alimentation

    Une alimentation saine et équilibrée suffit généralement à couvrir nos besoins et donc à rester en forme. Une alimentation saine, passe par des repas équilibrés, des aliments frais, de bonne qualité et en quantité raisonnable. Les aliments connus pour renforcer le système immunitaire :

    Les champignons, notamment les shiitakes et les pleurotes mais aussi

    l’ail, l’oignonet les échalotes stimuleraient les défenses immunitaires et aideraient à lutter contre les infections.

    Les protéinesque l’on retrouve dans les viandes, volailles, œufs, poissons, fruits de mer, noix et légumineuses, permettent de produire des anticorps.

    N’oubliez pas les « bons gras » : les oméga-3, 6 et 9, pour un meilleur fonctionnement immunitaire. Le poisson, l’huile d’olive, les noix et les graines de lin en sont d’excellentes sources.
     

    Buvez beaucoup d’eau et de thé vert

    L’eau nous est indispensable, veillez donc à en boire suffisamment pour être en forme. Au-delà d’une boisson, l’eau … - Fournit la salive qui permet d’avaler les aliments; - Sert de lubrifiant pour les articulations et les yeux; - Maintient la température du corps- Permet les réactions chimiques dans les cellules- Permet l’absorption et le transport des nutriments ingérés; - Assure l’activité neurologique du cerveau; - Assure l’hydratation de la peau; - Elimine les déchets de la digestion et des divers processus métaboliques… Le thé vert quant à lui, renferme de nombreux principes actifs, notamment des antioxydants et de la théanine, qui, selon des études préliminaires, aurait un effet stimulant sur le système immunitaire (1). Vous pouvez aussi y ajouter une tranche de citron (riche en antioxydants et excellent pour la digestion) et un peu de miel (antibactérien naturel, source d’antioxydants, efficace contre la toux et qui aurait un effet prébiotique).
     

    Pratiquez une activité physique modérée

    Pratiquer régulièrement une activité physique stimule les défenses immunitaires. En effet, il a été démontré que certaines composantes immunitaires sont stimulées par l’activité physique. Alors pour préserver votre santé et abaisser votre risque de souffrir de diverses maladies : bougez !
     

    Dormez

    Selon une étude publiée dans la revue Archives of internal medicine*les personnes qui dorment moins de 7h par nuit ont 3 fois plus de risques d’attraper un rhume que celles qui dorment au moins 8h. Le repos permet à l’organisme d’assurer des fonctions nécessaires au développement et à la santé. Dormir n’est pas du temps perdu, c’est un besoin !
     

    Veillez à avoir votre dose de vitamine D

    La vitamine D joue un rôle clé dans l’immunité On estime que l’exposition au soleil peut procurer de 80 % à 90 % de la vitamine D nécessaire. Une exposition des mains, des avant-bras et du visage pendant 10 à 15 minutes entre 11 h et 14 h, à raison de 2 ou 3 fois par semaine, suffirait à assurer l’apport requis chez un adulte en bonne santé. On trouve également de la vitamine D dans le saumon, le thon rouge, le hareng ou la truite.
     

    Misez sur les antioxydants

    Les antioxydants nous aident à lutter contre les radicaux libres et nous protégent du vieillissement prématuré de la peau. Ils sont également un véritable bouclier contre les maladies. Les principaux antioxydants naturels sont les flavonoïdes, les caroténoïdes, les vitamines C et E, et le sélénium. On les trouve par exemple dans le chocolat noir, les noix de pécan, les noisettes, les pruneaux secs, le raisin rouge, la mûre, les myrtilles, la fraise, la grenade, l’orange, le kiwi, les haricots rouges, l’artichaut cuit, l’épinard, le brocoli ou encore le poivron rouge.   Pour plus d’informations sur les bienfaits de l’alimentation, 

     

  • BIEN MANGER ET GARDER LA FORME !11 juin 2019

    Pour garder la forme, se sentir en harmonie avec son corps et regorger d’énergie, l’alimentation est votre alliée ! Votre pharmacien vous livre ses conseils pour bien choisir vos aliments et adopter de bonnes habitudes.

    Comment choisir ses aliments ?

    Privilégier les fruits et légumes DE SAISON
    Restez attentif à la provenance et au mode de culture de vos fruits et légumes (que ce soit en grande sur¬face ou sur les étals des marchés). Bien consommer,c’est avoir une bonne hygiène de vie et penser à la planète ! Il s’agit de respecter le cycle naturel des végétaux, de pousse, de cueillette et de conditions climatiques. On évite donc les fruits et légumes importés, même bio, ou ceux qui poussent sous serre chauffée. Un fruit de saison, cueilli à maturité, peu de temps avant que vous ne le consommiez, a des qualités gustatives et nutritionnelles supérieures à un fruit importé.

    En hiver, avec le froid et le manque de soleil, notre corps a besoin de nutriments et d’un coup de booste ! Ce n’est pas un hasard si cette saison nous offre des légumes riches en miné­raux et des agrumes sources de vitamine C: Carotte, chou, céleri, endive, oignon, poireau, pomme de terre, orange, clémentine, mandarine, pamplemousse (ou pomelo), citron, …

    En été, avec la chaleur, notre organisme a besoin d’aliments gorgés d’eau. Quelques exemples de légumes et de fruits d’été : Batavia, betterave rouge, laitue, abricot, cerise, framboise, melon, mûre, …

      Les bienfaits des fruits et légumes de saison
    Ils sont riches en antioxydants, molécules qui protègent les cellules des agressions du quotidien : pollution, tabagisme, rayons UV, … Les antioxy­dants permettent de prévenir l’apparition de certaines maladies. Les végétaux produisent naturellement des antioxydants comme mécanisme de défense, notamment lorsqu’ils sont exposés au soleil ou aux agres­sions externes. Les fruits et légumes bio et de saison contiennent ainsi plus d’antioxy­dants que les autres. Sachez que les vitamines contenues dans les fruits et légumes se détériorent deux à trois jours après la cueillette … Imaginez donc des fruits et légumes transportés en bateau, voyageant plusieurs jours avant d’atterrir sur vos étals !

    Conseils :

    Repérer les produits cultivés sous serre, affichés comme provenant de France alors qu’ils sont « hors saison ». Il vous suffit de poser la question car l’af­fichage du mode de culture n’est pas obligatoire et donc souvent absent.

    Identifier les fruits et légumes de saison. Calendrier disponible sur le site mangerbouger.fr
     

    Adopter de bonnes habitudes !

    Evitez le coton-tige* ! Optez pour un morceau de coton replié en forme de cône ou une compresse stérile, et positionnez uniquement sur le pavillon extérieur et le bord de l’oreille pour éviter la formation d’un bouchon de cérumen. *Ou utilisez un coton tige adapté aux bébés avec un bout plus épais et plus arrondi. Vous connaissez désormais l’intérêt pour votre santé (et pour l’environnement) de consommer des fruits et légumes de saison. Voici quelques conseils santé supplémentaires pour rester en forme !  

    Buvez 1,5L d’eau au quotidien.L’eau représente environ 60% du poids de notre organisme mais chaque jour, une quantité importante s’évacue naturellement de notre corps (urine, transpiration, …). Il est donc essentiel de boire chaque jour en moyenne 1,5 litre de liquides (thé, tisanes, café, …).

    Pratiquez une activité physique régulière Privilégiez la marche aux transports en commun ou à la voiture, pédalez, nagez, prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur, … quelques réflexes simples qui permettent de se dépenser davantage.

    Limitez les plats préparés et optez pour le « fait-maison » Plus économique, les plats faits maison permettent aussi de contrôler les quantités, l’équilibre de votre menu et son apport en matières grasses. Pensez aussi à une collation équilibrée, composée d’un fruit, d’un laitage et d’un carré de chocolat (noir idéalement).

    Faites une cure de compléments alimentaires Une à deux fois par an, elle permet à votre organisme de compléter les apports nécessaires que votre alimentation ne couvre pas à 100%. Vous pouvez opter pour le magnésium marin, idéal en cas de fatigue passagère ou de stress ; la gelée royale pour renforcer votre système immunitaire. Si vous souhaitez affiner votre silhouette et aider votre corps à éliminer les toxines, optez pour une solution à base de plantes.  

    Le sommeil : un enjeu de santé ! 

    Dormir joue un rôle essentiel à la fois pour notre cerveau, notre corps, notre peau. Dormir permet de renouveler nos cellules, de recharger nos batteries, de stimuler nos performances intellectuelles, d’évacuer toutes formes de tension, … Chez les enfants, l’hormone de croissance est par ailleurs activée en début de sommeil. C’est pourquoi, un sommeil de qualité avec des horaires de sommeil réguliers est indispensable pour garder la forme et le moral !   

  • CONSTIPATION1 février 2019

    Définition

    On parle de constipation lorsqu’une personne à un retard ou des difficultés à évacuer les selles (moins de trois fois par semaine). On parle de « constipation chronique » lorsque ces troubles durent depuis au moins 6 mois.
     

    Les symptômes

    Selles rares et dures, dont l’évacuation est souvent incomplète, en dépit d’efforts important, voire douloureux.

    Il s’agit d’un trouble digestif très fréquent, surtout chez les jeunes enfants et les personnes âgées du fait, pour ces dernières, d’une diminution de la motilité de l’intestin.

    Les conseils de mon pharmacien

     Ne pas reporter à plus tard le besoin d’aller à la selle lorsqu’il se présente

    Essayer d’aller à la selle à heure fixe

    Boire environ 2 litres de liquide par jour

    Augmenter progressivement la consommation de fibres alimentaires (plus 30g par jour)

    Faire de l’exercice : au moins trente minutes de marche chaque jour

    Utiliser pendant une période limitée un laxatif doux : demander conseil à votre pharmacien.

    En savoir +

    La constipation touche trois fois plus de femmes que d’hommes : une femme sur deux en souffrirait. 20% des Français seraient atteints de constipation. Parmi les causes les plus communes de la constipation :

    le manque d’exercice

    l’alitement

    le stress

    un changement de régime alimentaire

    une déshydratation

    une consommation insuffisante de fibres alimentaires (céréales, fruits, légumes) ou de liquide, ou, à l’inverse, une trop forte consommation d’aliment sans résidus (comme le fromage ou les œufs)

    La prise de certains médicaments : pansements gastriques à base de sels d’aluminium, les sels de calcium, psychotropes, diurétiques, produit contre la douleur, certains antitussifs…

    le vieillissement

    la grossesse

    la constipation est souvent bénigne, c’est-à-dire temporaire, mais pas toujours. Il ne faut donc pas négliger si elle se prolonge.

    Quels risques si la constipation perdure ?

    A quoi est liée une constipation qui dure ? Dans la plupart des cas, heureusement, la cause est bénigne, comme un changement d’alimentation, un manque d’activité physique ou la prise de médicaments. Il faut néanmoins être vigilant et consulter un médecin si la constipation est associée à des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, à des selles rouges ou noires ou à des douleurs rectales. Une constipation peut représenter un symptôme d’alarme de nombreuses maladies :

    Tumeur intestinale

    Hypothyroïdie

    Dépression

    Certaines maladies neurologiques

    Diverses maladies digestives

    Un diabète évolué

    Attention : une constipation récente, sans cause évidente et qui se prolonge en dépit de la correction d’éventuelles erreurs diététiques, une constipation accompagnée de nausées ou de vomissements, de fortes douleurs abdominales, des selles rouges ou noires ou encore de douleurs rectales imposent une consultation médicale sans délai.

  • L’hygiène chez le bébé1 septembre 2018

    Nettoyer BÉBÉ en 5 étapes :

     

    1ère étape : le nettoyage des yeux

    Lavez-vous les mains avant la toilette. Commencez par les paupières à l’aide d’un coton imbibé de sérum physiologique ou d’une compresse stérile sans oublier le coin des yeux.

    Il est préférable de tamponner légèrement mais de ne pas sur les paupières. Changez de coton ou de compresse à chaque oeil.

    2ème étape : le nettoyage des oreilles

    Évitez le coton tige et dans tous les cas, utilisez un coton tige adapté aux bébés avec un bout plus épais et plus arrondi.

    Les oreilles sont une zone très sensible ! Optez pour un morceau de coton replié en forme de cône et positionnez-le uniquement sur le pavillon extérieur et le bord de l’oreille pour éviter la formation d’un bouchon de cérumen.

    3ème étape : le nettoyage du nez

    Le nez de bébé est aussi très sensible. Procédez de la même manière que pour les yeux. Enroulez un coton imbibé de sérum physiologique et nettoyez délicatement.

    Changez de coton entre chaque narine et veillez à bien ôter les mucosités. C’est souvent le moment de la toilette le moins apprécié des bébés.

    4ème étape : le nettoyage du cordon ombilical

    En général, le cordon tombe entre le 5ème et le 15ème jour après la naissance. En attendant qu’il tombe, il faut apporter les soins essentiels pour qu’il soit désinfecté et sèche mais aussi pour qu’il cicatrise correctement. Désinfectez quotidiennement le cordon ombilical avec une compresse stérile et un antiseptique adapté. Séchez ensuite délicatement avec une compresse propre et laissez le cordon à l’air libre.

    Il existe également en pharmacie des produits asséchant qu’il convient d’appliquer par vaporisation après la toilette. Celui-ci laisse une trace blanche lorsqu’il sèche, c’est tout à fait normal.

    5ème étape : les parties génitales de bébé

    Pensez toujours à bien sécher la peau de bébé après la toilette et dans les moindres plis pour éviter tout erythème fessier. Changez bébé immédiatement après chaque selle et utilisez une couche neuve à chaque change. Selon le produit de toilette utilisé, vous pouvez utiliser du coton, un gant ou une éponge douce.Vous pouvez utiliser :

    De l’eau micellaire,

    De l’eau et une solution adaptée au bébé, rincez bien à l’eau claire et tamponnez jusqu’à ce que la peau soit parfaitement sèche.

    Un produit à base d’huile d’olive sans rinçage (en promotion actuellement dans votre pharmacie !)

    Des lingettes bébé lors de voyage,

    Vous pouvez aussi appliquer un peu de talques une fois la peau propre et sèche.

    Des crèmes change à usage quotidien existent et cas de gros érythèmes fessiers, appliquez une crème adaptée.